Accueil Les Appels Signer les appels Signatures Qui sommes nous ? Bulletins et Contributions Contact

là, des choses invisibles  
www.lesateliers.net lesateliers.net
www.snudifo13.org snudifo13.org
www.batiservices.com batiservices.com
marombrina.free.fr  
www.leslaskar.fr leslaskar.fr
www.papierperfore.ch papierperfore.ch
www.laf-darier.org laf-darier.org
www.epice-net.org/ epice-net.org/
www.manifestecole.fr manifestecole.fr
www.supball.fr supball.fr
   

 

Qui sommes-nous ?

 

*****

 

Le manifeste pour la reconquête d’une école qui instruise a été initié en mars 2016 par une quarantaine d’enseignants, syndicalistes, parents, travailleurs, citoyens scandalisés par l’ampleur des coups portés à l’école publique et l’offensive d’une grande brutalité qui livre la jeunesse à l’exploitation patronale. Les différents gouvernements qui se sont succédé depuis des dizaines d’années, tous attachés à la Vème République et à l’Union Européenne et ses directives, ont organisé ce lent grignotage progressif.

Nous avons lancé ce manifeste pour mettre un coup d’arrêt à cette offensive destructrice, pour organiser la résistance collective contre le consensus de toutes les forces politiques qui la permet. C’est ce même consensus qui s’est constitué autour de la loi Peillon de refondation de l’école, déclinaison des directives européennes, dont découlent la réforme des rythmes à l’école primaire et celle du collège, éléments d’un plan de destruction d’ensemble pour répondre aux revendications patronales. Ce consensus s’est opposé à la résistance de la grande majorité des enseignants à ces contre reformes.

*****

Une première réunion nationale de 136 participants s’est tenue le 12 novembre 2016 à Paris.

Enseignants, chercheurs, parents, syndicalistes... ont tous fait le même constat : La volonté de détruire l’instruction, la volonté de livrer les jeunes sans connaissances, sans diplômes, aux côtés de leurs parents sans droits avec la destruction du Code du travail par la loi El Khomri, à l’exploitation capitaliste.

Des interventions sont revenues sur la raison de cette offensive,  le consensus de toutes les forces politiques attachées à la Ve République et à l’Union européenne, consensus qui nous « contraint » à nous organiser, quels que soient nos engagements, pour la reconquête de l’école qui instruise.

La réunion a adopté un texte "Briser le consensus pour combattre l'effondrement en cours".

*****

Une deuxième rencontre nationale s'est tenue le samedi 14 octobre, au théâtre du Toursky, à Marseille.

130 participants de tout le pays et avec plusieurs invités dont un syndicaliste italien, Lorenzo Valado qui a dressé le tableau de la destruction de l'école dans son propre pays ont adopté un "Appel aux signataires" à diffuser massivement.

*****

En réponse à la situation catastrophique des élèves handicapés, littéralement "abandonnés" dans les classes ordinaires, au titre de "l'inclusion" obligatoire, une vingtaine de parents d’enfants handicapés, enseignants spécialisés dans le suivi du handicap, directeurs d’établissement spécialisé, personnels de santé, personnels de l’action sociale... ont initié un appel :

 Il faut stopper l’inclusion scolaire "sauvage" pour rendre leurs droits aux enfants handicapés".

*****

En janvier 2018, face aux attaques gouvernementales contre le lycée et le bac, clé de voûte de toute l'instruction publique, et l'instauration de la sélection à l'entrée à l'université, 70 Enseignants, lycéens, étudiants, parents, salariés, syndicalistes, élus… ont lancé un appel, cri d'alarme et de combat :

"Ne touchez pas au Baccalauréat,  diplôme national, organisé autour d’épreuves terminales et anonymes, 1er grade universitaire ouvrant droit à l’inscription dans la filière universitaire de son choix !" 

*****

Plus que jamais est devant nous l'alternative affirmée dans le « manifeste pour la reconquête d’une école qui instruise » lancé en mars 2016 et signé par plus de 1100 enseignants, parents, syndicalistes : « nous sommes devant une étape majeure : ou bien une école qui transmet des savoirs certifiés par des diplômes nationaux et des qualifications reconnus dans les conventions collectives et le Code du travail ; ou bien une école des compétences, de la déqualification au service de la déréglementation, éclatée en projets éducatifs de territoire, pour une société sans droits et sans règles, sauf celle du profit » !

Enseignants, lycéens, étudiants, parents, salariés, syndicalistes, élus… : nous sommes tous concernés ! 

Faisons connaître le Manifeste et ses initiatives par tous les moyens à notre disposition : tracts, mails, presse..., amplifions les signatures, multiplions les initiatives locales pour ancrer ce mouvement, peser sur la situation,  regroupons-nous sur les objectifs communs d'en finir avec ces lois destructrices et ceux qui les mettent en place et de reconquérir l'école de la République ! 

*****

M.D